Le public accueilli

​Le pôle médico-social d’Arzon accueille des personnes adultes de plus de 20 ans souffrant d’un handicap psychique.

Le handicap psychique a plusieurs origines et présente des formes variées. Il conduit à des situations de grande dépendance et nécessite des soins et un accompagnement de proximité soutenu. Il n’implique pas de déficit intellectuel majeur.

​​

Il faut distinguer le handicap psychique du handicap mental​

Pendant longtemps les deux expressions ont eu le même sens. Par convention, il n’en est plus de même actuellement. Désormais, on associe plutôt le handicap mental à une déficience intellectuelle souvent détectée très tôt, tandis que le handicap psychique n’implique pas de déficit intellectuel majeur, mais est associé, soit à des pathologies psychiatriques, soit à des accidents tels qu’un traumatisme crânien.​

Des tâches très concrètes et simples qu’une personne exempte de handicap accomplira sans difficultés, pourront être difficiles à exécuter pour des personnes handicapées psychiques :

•  faire des achats, préparer un repas équilibré,
•  gérer ses dépenses courantes,
•  faire le ménage chez soi,
•  remplir un dossier administratif,
•  organiser une sortie,
•  participer à un évènement familial.

La “personne” demeure toujours au-delà de la situation de handicap
Quelle que soit l’importance des incapacités et le fait que celles-ci soient reconnues ou non, le respect de la personne reste la règle au sein du Pôle médico-social d’Arzon.

 

Les personnes accueillies au sein du Pôle médico-social peuvent sembler, par moment, dans un monde différent et se couper des autres, par exemple :
•  avoir des perceptions auditives ou visuelles qu’elle ne peut partager avec personne,
•  ressentir un vide intérieur, qui va se manifester par du mutisme, un retrait, des angoisses, une grande indécision,
•  être angoissée par des situations nouvelles comme de rencontrer des personnes inconnues,
•  écouter attentivement mais, en réalité, ne pas entendre,
•  inquiéter par des attitudes qui paraîtront bizarres.

Quelques chiffres

La moyenne d’âge est de 41,6 ans, et 72% des personnes accueillies ont un âge compris entre 30 et 49 ans.

46% des personnes accueillies bénéficient d’une mesure de protection, en majorité des curatelles renforcées.
En matière d’autonomie, 20 personnes accueillies ont le permis de conduire.